Baronnie de Quingey

RP RR
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première allégeance de Fleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fleur
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 17/05/2009
Age : 40
Localisation : Pau

MessageSujet: Première allégeance de Fleur   Dim 6 Sep 2009 - 16:58

Ptitefleur2006 a écrit:


Fleur et Faross venaient de s’installer, il y a peu de temps, dans la capitale franc-comtoise. Ils étaient bien afférés à s’installer et ne voyaient guère le temps passé. Quoi que depuis leur arrivée, la maladie semblait ronger son époux. Elle ne savait guère quoi faire. Appeler un médicastre? Son époux avait refusé… mais le voir dépérir jour après jour, après un voyage de noces aussi merveilleux, Fleur ne s’y résolvait pas. Pour ajouter aux épreuves de l’installation, Fleur était sujette depuis quelques temps aux nausées matinales. Elles l’avaient prises juste avant d’arriver à Dole, alors qu’ils traversaient la Bourgogne. Elle se remémorait l’instant où à la recherche de son époux, elle s’était affaissée sans connaissance sur le sol après avoir vomis tout son soûl et avoir retrouvé enfin Faross qui s’entretenait avec le forgeron de Dijon, concernant les fers de leurs chevaux, et qu’elle avait appelé avant de perdre conscience. Son époux s’était bien entendu inquiété de son état et l’avait transportée à l’auberge du coin pour qu’elle s’y repose et revienne à elle. Lorsqu’elle avait repris connaissance, son époux lui avait demandé ce qu’elle avait… elle lui répondit que la fatigue du voyage accumulé et une simple indigestion avaient dû avoir raison d’elle. Bien entendu, étant déjà maman d’un petit garçon, elle savait ce que ces premiers symptômes voulaient dire… mais elle n’en avait rien dit à son époux, préférant attendre de voir un médicastre à Dole pour être sûre et certaine que ses nausées étaient l’annonce de leur futur bébé. Seule et désemparée face au mal qui rongeait Faross, elle traîna dans les environs du Château de Dole, entra dans la salle où le peuple pouvait s’entretenir avec les Conseillers, visita la Chancellerie où sur un coup de tête et l’envie de s’investir dans son nouveau Comté s’emparèrent d’elle, elle postula au poste d’ambassadrice franc-comtoise pour le Béarn. Une réponse positive s’ensuivit et la voici pour la première fois dans le rôle d’une diplomate chargée des bonnes relations avec son ancien Comté de cœur.

Que d’évènements et de changements en si peu de temps!

Fleur apprit également que le Franc-Comte en la personne de Messire Sacrai avait été élu et que la cérémonie des allégeances venait d’ouvrir. Elle se demandait quoi faire, son époux allité ne pouvait se déplacer. Devait-elle se présenter à sa place alors que Faross devait la présenter lui-même au Comte? Dans le doute, Fleur revêtit ses plus beaux atours et se dirigea vers la salle des allégeances. Elle ne savait à qui s’adresser pour faire connaître l’état de son mari et de son incapacité de prêter allégeance au franc-Comte en personne. Elle aperçut le Chancelier, son Excellence Imladris, aussi se dirigea-t-elle vers lui en toute discrétion… mais avant d’arriver vers le Chancelier, elle vit Dame Epsonstylus qu’elle salua.

Fleur lui chuchotta :


Bien le bonjour Epson, puis-je vous poser une question délicate? Mon époux est souffrant et allité. Il devait me présenter lui-même au Comte au moment de prêter allégeance, mais malheureusement un mal inconnu le ronge depuis notre arrivée et il ne peut se déplacer jusqu’ici. Croyez-vous que je puisse prêter allégeance en son nom, étant son épouse, je suis donc devenue Baronne à mon tour? Car je dois avouer que je n’ai jamais participé à une telle cérémonie et je suis un peu mal à l’aise.

Fleur prise d’une nausée, essaya tant bien que mal de se contenir, mais elle blêmissait et le sentait. Elle espérait qu’Epson ne verrait rien de son trouble.



Epsonstylus a écrit:


Epson appuyait sur le tonneau attendait un signe du franc comte des fois qu'il désire une petite chope de bière bien fraîche. Elle commençait à fatiguer d'attendre comme ça pour rien.

Fleur passa et près d'elle, elle lui répondit par un sourire et l'écouta.


A vrai dire je ne sais pas, mais si ma mémoire est bonne je pense que oui vous pouvez y aller pour lui, ou lui demander de rédiger une petite lettre. Vous devriez demander au chancelier, il s'y connait sans doute plus que moi en noblesse ou alors à la vieille Macricri.

La regardant, elle l'a vu blémir ; l'émotion et le manque d'habitude sans doute, elle se risqua tout de même à demander :

Ca ne va pas ? Vous voulez vous asseoir ?




Ptitefleur2006 a écrit:


Fleur écouta la réponse d’Epson. Son malaise ne passa malheureusement pas aussi inaperçu qu’elle l’espérait et répondit aussi bas qu’elle put à son interlocutrice.

Je vous remercie mais cela va aller. Il va juste falloir que je consulte sans tarder un médicastre. En auriez-vous un à me recommander particulièrement?… il se pourrait qu’un heureux événement soit l’objet de ce malaise… vous comprenez un voyage de noces qui vient tout juste de se terminer… ce sont des choses qui arrivent souvent, n’est-ce pas?
Quant à l’allégeance, je pense que je vais devoir la faire moi-même, mon époux étant dans l’incapacité d’écrire quoi que ce soit ou même de se lever. Vous croyez que je dois m’avancer devant le franc-Comte maintenant? et quels mots dois-je prononcer ? J’avoue que c’est ma première fois et je suis toute intimidée.


Fleur se tut pour laisser à Epson le temps de lui répondre… son cœur battait très vite… la nausée semblait s’être quelque peu dissipée pour le moment.




Epsonstylus a écrit:


La rouquine pouffa de rire, décidément la saison des grossesses avait commencé. Elle se pencha et mumura :

Oh je vois, je comprends, je connais...

Elle n'en dit pas plus, souffrant du même "problème".

Un médecin ? Euh... sur la Franche-Comté je n'en ai jamais rencontré. Habituellement je rejoins la commanderie des chevaliers francs où exerce dame Melian que vous devez connaître ou je demande à ma cousin Caro de me rendre une petite visite.

La jeune femme passa sa main dans son décolleté prise d'une bouffée de chaleur.

Pour les allégeances, je n'y ai jamais participé mais j'ai souvent entendu un truc bateau, du genre : Votre Grandeur, Moi, Machin truc de bidule machin chouette, baron de kiki poils aux pattes, renouvelle mon serment d' allégeance à la Franche-Comté et à son Peuple. Sur mon honneur et sur ma foy, je jure fidélité, aide et conseil et mon bras dans l'effort armée.




Ptitefleur2006 a écrit:


Oh oui, je connais Dame Melian. Si vous avez l'adresse où je peux la rencontrer, j'ai omis de lui demander avant de partir... enfin il n'était pas prévu non plus que nous déménagions si rapidement... Par contre, je ne serai pas contre l'idée de revoir Caro, j'en serai même vraiment ravie.

Fleur marqua une pause et son regard se posa sur le franc-Comte, il n'avait pas l'air si impressionnant, mais la peur de faillir devant lui la reprit. Elle souffla une seconde et reprit :

Bon ce n'est pas tout cela mais il va falloir que je me jete à l'eau, enfin façon de parler, car plus on attend plus le malaise grandit, il paraît.

Fleur prit congé pour quelques instants, avec la ferme intention de revenir vers Epson après la présentation et l'allégeance au Comte faite. Elle observa que personne ne s'avançait vers le Comte puis, après une grande inspiration, elle s'avança d'un pas gracieux vers le Comte. Elle se fendit en une révérence impeccable et s'adressa au Comte d'une voix claire et cristalline.

Votre Grandeur, je me permets de me présenter à vous en tant que l'épouse de Faross, Baron de Quingey. Mon prénom est Fleur. Nous nous sommes mariés le 20 juin 1457 en la Cathédrale de Tarbes, dans le Comté du Béarn. Monseigneur Bourrike a officié durant la cérémonie. Si vous désirez une preuve de ce lien, il me fera plaisir de vous en fournir une copie. Mon époux Faross devait procéder aux présentations officielles entre vous et moi en venant porter allégeance, mais malheureusement un mal inconnu le tient alliter depuis notre arrivée dans son Comté d'origine et le met dans l'incapacité de vous écrire son allégeance ou de se lever pour le faire en personne. M'autorisez-vous à prêter allégeance en son nom, Votre Grandeur?

Fleur se tut, toute émue et toujours en position de révérence, attendant la réponse du Comte.




Sacrai a écrit:


Une femme qu'il n'avait jamais vu s'avance vers lui au milieu des nobles, il se demandait si c'était elle qui lui envoyer un pigeon pour savoir comment e passait les allégeances.Comment s'était elle présentée déjà .....
Ah oui la femme du baron Faross ....
Il attendit la suite qui confirmerait ou non ses doutes.
Après une révérence dont il n'y avait rien à redire la femme se présenta.
C'était bien elle...
Elle demandait pour prêter allégeances à la place de son mari apparemment indisposé.
Il regarda discrètement Erwin qui lui fit un signe d'approbation de la tête


Baronne de Quingey, je vous appelle comme cela car je ne remet pas en doute le fait que vous soyez l'épouse du baron Faross.
Vous souhaiterez un bon rétablissement à votre mari.
Vous pourrez donc dans ces circonstances prêter allégeance en son nom.


Il attendit qu'elle fasse son devoir et après quelques secondes de réflexion se demanda si elle savait comment faire, tant pis nous verrons bien




Ptitefleur2006 a écrit:


Je vous remercie Votre Grandeur.

Fleur mit un genou à terre et prêta allégeance au Franc-Comte en son nom propre et celui de son époux.

Par la grâce de Dieu, Nous, Fleur, Baronne de Quingey, en ma qualité d'épouse de Faross, Baron de Quingey, et agissant également au nom de mon époux, Faross, Baron de Quingey.
En ce jour, nous tenons à vous prêter allégeance. Nous promettons d’être fidèle et d'apporter aide, conseil et service armé, à partir de cet instant au Comté de Franche-Comté, à son peuple, ainsi qu'à Votre Grandeur Sacrai et de les garder contre tout, notre hommage, de bonne foi et sans tromperie. Nous faisons don de notre personne et remettons en vos mains armes, pouvoir et terres. Puissiez-vous accorder en sus protection et nous promettre justice pour notre personne, notre famille et nos sujets.
Que Dieu et Aristote nous garde et nous ôte de tout souci.


Fleur se contint tant bien que mal, une nouvelle nausée se faisait sentir...Elle attendit que le Franc-Comte l'invite à se relever.




Sacrai a écrit:


Fleur s'agenouilla pour porter allégeance et fit son petit speach c'était maintenant à son tour.


Baronne de Quingey je vous accorde à vous et votre époux protection, justice et subsistance.Puisse les terres qui vous ont été confiées devenir prospère.


Il lui fit signe qu'elle pouvait se relever elle paraissait pas en très grande forme non plus




Ptitefleur2006 a écrit:


Je vous remercie Votre Grandeur. Qu'Aristote vous protège!

Sur ces mots, Fleur fit une révérence et rejoignit Epson qu'elle avait quitté quelques instants plus tôt. Elle se sentait barbouillée, mais rien de grave. Elle sentait un peu mieux, l'allégeance finie, un poids énorme semblait s'être évaporé de ses épaules. Fleur chuchotta à Epson :

Que pensez-vous de mon allégeance? Croyez-vous qu'elle était convenable? Vu que le Comte l'a accepté, je suppose que oui, mais je dois dire que je n'ai les idées en place ces derniers temps... Beaucoup de choses me préoccupent... le bébé à venir... son père souffrant...j'avoue que je n'ai pas pris de repos depuis quelques jours...


Dernière édition par Fleur le Dim 6 Sep 2009 - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.royaumedulavabo.com
Fleur
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 17/05/2009
Age : 40
Localisation : Pau

MessageSujet: Re: Première allégeance de Fleur   Dim 6 Sep 2009 - 17:03

Epsonstylus a écrit:

Que pensez-vous de mon allégeance? Croyez-vous qu'elle était convenable? Vu que le Comte l'a accepté, je suppose que oui, mais je dois dire que je n'ai les idées en place ces derniers temps... Beaucoup de choses me préoccupent... le bébé à venir... son père souffrant...j'avoue que je n'ai pas pris de repos depuis quelques jours...

Epson sourit en voyant revenir Fleur de son allégeance, elle s'était plutôt bien débrouillée pour quelqu'un qui n'avait pas l'habitude. Elle se permit un geste amical en posant sa main sur son épaule.

Entre femmes la solidarité compte toujours énormément surtout lorsqu'elles "souffrent" du même "problème".

La rouquine sourit.


Votre allégeance était parfaite. Vous devriez faire attention à vous...

La diaconesse n'avait encore jamais dit ça à quelqu'un, elle se surprit à être aussi douce. Il faut dire que c'était une phrase assez connue chez elle, avec Caro qui passait sa vie à s'inquiétait pour elle.

Reposez-vous, c'est plus prudent, d'autant plus si vous êtes tendue. J'espère que Faross va se remettre rapidement...

Elle n'en ajouta pas plus, elle trouvait terrible l'idée qu'il soit revenu en Franche-Comté et qu'il y laisse la vie en laissant son petit bout et l'amour de sa vie. Le connétable jeta un oeil vers les allégeances qui suivirent et se pencha à l'oreille de Fleur :

Je suis là en cas de besoin... j'espère que ça va aller.




Ptitefleur2006 a écrit:


Fleur touchée par la marque d'amitié d'Epson lui répondit :

Merci Dame Epson, je suis vraiment touchée. Je sais que notre état réciproque nous rapproche, mais je dois avouer que Caro n'exagérait en rien quand elle disait que vous étiez sympathique et généreuse. Je dirai même que ces qualificatifs ne sont pas assez forts pour exprimer votre grandeur d'âme.




Epsonstylus a écrit:


Epson fronça les sourcils, que de compliments, un peu trop même. Elle se pencha à l'oreille de Fleur et glissa :

Ne dîtes pas ça, vous allez m'obliger à vous montrer que je suis aussi très froide et distante.

Elle mit sa main devant sa bouche pour ne point attirer l'attention sur elle et ainsi étouffer son rire.

Dîteuh... j'ai vu des fraises des bois sur une des rives des douves, ça vous tente une prochaine escapade gourmande par là bas.

La connétable savait qu'elle ne pourrait pas quitter son poste tant que cette cérémonie ennuyeuse comme pas deux, ne serait pas fini. Même pour uriner derrière un rideau... elle avait interdiction de quitter son poste de guet.

D'un côté planquée à demi derrière un tonneau c'était plus que pratique, on pouvait profiter du nectar qu'il contenait directement à la source. Elle commencé à avoir une boule à l'estomac, signe d'une envie de grignotter un petit quelque chose, pour tenir le coup.


Je reviens...

Epson salua Lluna rapidement et se glissa avec discrétion vers le buffet, pour y chaparder quelque chose à grignoter. Argh ! Rien... les domestiques n'avaient encore rien mis, à part de quoi boire. Elle rejoignit son poste, la mine déconfite.

Lluna était partie faire son allégeance. Mais si elle était là, le comteFccasper, ce cher et tendre parrain ne devait pas être loin. Voilà longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, elle voulait le voir, juste le voir et le couvrir de câlins comme le ferait une petite fille avec son père ou son grand père. Bah oui pas les mêmes calins que la Lulu amie des dahuts pouvait lui faire... namého. On ne touche pas à son parrain.

Epson passa un moment derrière une tenture et sortit une chaise.


Voilà pour vous dame, au moins vous ne serez pas contrainte de rester debout.

La rouquine sourit et invita Fleur à s'asseoir. C'est là qu'elle vit le comte près de la porte, c'est qu'il voulait fuir rapidement qu'il se cachait ou que les moines l'avaient rendu complétement associable pendant ces longues retraites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.royaumedulavabo.com
 
Première allégeance de Fleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Thème I] Première fleur du Mal
» Première année ; L'éclosion de la petite fleur {Rachel}
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Quingey :: Récits en tout genre :: En partance vers une nouvelle vie-
Sauter vers: