Baronnie de Quingey

RP RR
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [rp] Sur les bords du Doubs, un gage de confiance

Aller en bas 
AuteurMessage
Spagnolo
Admin
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2015

MessageSujet: [rp] Sur les bords du Doubs, un gage de confiance   Ven 7 Déc 2018 - 3:09



[rp]Réussir à éviter la scène de la choppe aux allégeance avaient été un échec bon après tout il ne l avait même pas prévu alors l éviter aurait été impossible , mais il avait toute même convaincu celle qui a présent cherissait son coeur bien qu' elle avait des doutes , à continuer cette discussion ailleurs dans un lieu ou ils seraient à l abris des regards , de tout remarques face aux événements qui allait suivre et qui assurément n était pas de toutes beauté quoique... on ne peut prévoir le futur.

Son bras lié au sien c est ainsi qu' ils étaient sorti de la salle et au blond de réfléchir à un endroit idéal qui marierai bien avec ce genre de discussion , discussion qu' il avait espéré ne pas avoir , explications qu' il espérait ne pas devoir donner ,  mais le pas décidé de la blonde lui révélait une autre voie " oui Spa tu vas devoir tout lui raconter"c est d ailleurs ce qu' elle lui avait fait comprendre avant de sortir .

Le blond était luxovien aussi un endroit baigné d une source lui fut logique et dans la recherche il réussit tant bien que mal à la mener près du Doubs, peut-être espérait il que la clarté de l eau révèle ses sentiments afin qu' elle ne doute plus de lui? Possible mais serait ce si facile que cela?

la quingey ne semblait pas avoir apprécié qu' il ai chérie d autre dames qu'elle était ce de la jalousie? Ou tout simplement la curiosité qui l amenait à mettre dans une situation si delicate le monmouth? Mais Après tout situation délicates étaient un synonyme de Monmouth alors il réussirait à s en sortir.

Néanmoins une question lui tourmentait l esprit après tout ce qui lui avait dis que voulait elle savoir de plus? Posant son céans sur le bord de cette rive qui ravivait un nombre incalculable de souvenirs celui ci irait s ajouter dans le lot



Que veux tu savoir?



Son regard perdu dans le reflet qui se dessinait sur l eau cristalline il attendait les questions tant redoutés

[/rp]




[rp]Troublée je l'étais. Cette scène n'aurait point dû se produire. J'avais beau chassé ce baiser de mes souvenirs, il demeurait présent car j'avais vu Spa ne pas repousser la jeune fille. Bien sûr elle lui avait jeté sa choppe à la figure, ce qui signifiait que les choses n'allaient pas comme elle l'aurait voulu. Je savais que le jeune de Monmouth avait été trop surpris, je l'avais constaté de mes propres yeux, mais était-ce suffisant? Je me posais un tas de questions et le fait de lui avoir dit un peu plus tôt qu'il devait faire tourner pas mal de têtes dans la salle, n'était pas pour me rassurer au vu de ce qui venait de se produire. Pourquoi réagissais-je si vivement? Ce n'était point dans mon tempérament de voir rouge et de voir défiler tant d'émotions en moi, mais n'étais-je pas douce comme le miel, imprévisible comme le temps? À vrai dire, je fus soulagée de quitter la salle des allégeances, je fixais droit devant moi, me donnant une constance indéchiffrable, ne souhaitant guère croiser le regard de quiconque, même pas celui qui avait été mon tuteur absent et qui n'avait dû rien manquer de l'incident.

L'air frais me fit le plus grand bien. Je respirai un bon coup me demandant quel endroit serait le plus approprié pour converser avec Spa. J'étais plongée dans mes pensées quand il me demanda si je voyais un inconvénient à aller à Luxeuil. Non, je n'en avais point mais je bataillais un peu, juste pour la forme. J'aurai espéré un endroit plus en retrait, un endroit qui se trouvait entre Dole et Poligny, mais finalement l'idée d'aller à Luxeuil ne me déplaisait pas. Il semblait y tenir et comme je lui avait mandé des explications, ce n'était que justice d'aller sur son terrain. Il fallait par contre que j'aille seller ma jument, ma douce Tempête, qui malgré son nom était douce comme un agneau. Elle était ma compagne de voyage la plus fidèle. Je pris donc congé quelques instants pour passer une tenue de voyage plus appropriée. Les jeunes filles étaient sensées monter en amazone, sauf que comme j'aimais ne pas faire comme tout le monde, je m'étais fait confectionner une tenue de voyage en cuir et je portais des braies car les robes n'étaient pas aisées pour monter à cheval. Je rejoignis Spagnolo à la sortie de la ville et nous nous dirigeâmes vers Luxeuil. Il me mena près du Doubs.  Je sautai en bas de ma jument, la laissa naviguer à sa guise près de la rive et je m'appuyais contre un arbre, plongeant mon regard dans l'eau cristalline. Des souvenirs lointains refirent surface et m'enveloppèrent. Je me souvenais de ce lieu. Je me souvenais d'y avoir été avec ma mère, mon tuteur, ma gouvernante et mes frères et sœurs... Robin... mon cher Robin... sans m'en rendre compte, mes yeux perlèrent et quelques larmes s'échappèrent. Ce fut la douce voix du jeune de Monmouth qui me ramena à la réalité.

"
Que veux-tu savoir?"

Bonne question, que voulais-je savoir au juste?

"
Hummmm... des réponses à mes questions de tantôt sans doute, du style, pourquoi je te complais, pourquoi tu la chérissais elle, qui est-elle? pourquoi  cette scène? as-tu pris goût à son baiser? que ressens-tu pour moi exactement? est-ce aussi fort que ce que j'ai ressenti et ressens encore pour toi? ou est-ce seulement une lubie? je ne souffrirai point d'un autre..." les mots se moururent sur mes lèvres, ma voix chevrotait, pourquoi me mettais-je dans des états pareils? la réponse m'apparut évidente, j'étais en train de tomber en amour pour lui et j'avais ressenti de la jalousie en voyant cette jeune fille l'embrasser car elle l'avait fait et pas moi.

Cette évidence me changea en statue, j'attendais ses réponses dans un bain de larmes que je lui cachais en regardant le Doubs. Cette rivière me rappelait bien trop de choses, j'étais tourmentée, à fleur de peau et j'avais l'impression de perdre totalement pied. Je ne savais comment Spa prendrai mes questions et s'il y répondrait. Je murmurai :

"
Réponds-moi, je t'en prie..."[/rp]



[rp]A croire que la saison faisait echo a leurs sentiments l'eau aussi cristalline ainsi  que le paysage environnent rendait un sentiment de tristesse , tristesse ou douleurs que la quingey devait ressentir a ce moment tandis que le blond lui c'etait un autre sentiment qui l'envahissait , l’effroi, la crainte de ses questions non ce n'etait pas les questions qu'il redoutait mais bien la porter que ses reponses allaient avoir...

Pourtant il n' y avait aucune ambuguité sur ce que chacun d'eux ressentait envers l'autre, sentiment aussi fragile que du cristal, qui comme une feuille pouvaient s'envolé  loin porter par les divers  courant d'air qu'elle pouvait subir . La question etait poser il attendait la reponse


Hummmm... des réponses à mes questions de tantôt sans doute, du style, pourquoi je te complais, pourquoi tu la chérissais elle, qui est-elle? pourquoi cette scène? as-tu pris goût à son baiser? que ressens-tu pour moi exactement? est-ce aussi fort que ce que j'ai ressenti et ressens encore pour toi? ou est-ce seulement une lubie? je ne souffrirai point d'un autre..


Response que toutes suite lui fit comprendre qu'il aurait du trouver une autre question , une question moins ouverte avec moins de possibilités , une question qui ne l'aurait pas mis en position de desavantage face a la blonde pourtant...il avait choisit le le lieu , il connaissait l'environnement le moindre recoins de terre qui les entourait ca aurait du l'avantager dans cette discussion qui prennait une voie defavorable pour lui pour leur couple a peine former , relation naissante aussi fragile que la glace .

Mais pouquoi avait-il choisit une question si ouverte?croyait-il qu'elle ne saurait pas y repondre? croyait-il qu'elle ne saurait ce qu'elle voulait? pourtant elle le dementit et a l'inverse de lui elle ne semblait pas perdre voix . Il l'observait dans sa tenue de cavaliere , leurs montures deja eloignés robe et caractere que tout oppose, la voyant ainsi il etait sur d'une chose...elle ne respectait pas les convenances, bon point pour la blonde car le surprendre l'eloigner des convenances tout aussi ennuyeuses les unes plus que les autres etait le prix pour  s'acquitter de son coeur .

Pourtant les pensees du jeune de monmouth toutes aussi folles les unes que les autres semblaient avoir oublier quelques chose mais Quoi?.... c'est alors qu'une voix grele enrobé dans un sous fond de pleur d'ou la volonté d'etre etouffer se faisait sentir   "Réponds-moi, je t'en prie..." Et le voila de retour a la triste realité des choses ou il etait questionner sur sa vie intime mais comment en etaient-ils arrivé la, si vite ? Pourtant le blond n'avait aucune envie d'y repondre aucune envie de relier histoire passé et histoire presente , aucune envie de detruire ce couple a peine former.

Ses iris se detournerent du reflet de la blonde sur l'eau pour se perde dans le vide avant d'ajouter d'une voix calme  



Pourquoi tant de questionnement? ne t'ai-je pas dis que tu m'avais troublé? ne t'ai-je pas dis que cette demoiselle n'etait plus rien pour moi et que tu faisait maintenant partie de mon quotidien ?  Pourquoi se tracasser tant de pensées alors que la realité est la, cette demoiselle estait mon passé et toi tu est mon present et peut-etre... Sa voix se fit sentir plus trouble peut-etre d'incertitude mais pourquoi lui en vouloir alors que toutes ces questions mettaient en doute ce lien qui s'etait creer dans la salle d'allégeance?  et voiola qu'il repris Peut-etre mon futur

[/rp]



[rp]J'étais toujours adossée au tronc de l'arbre, la jambe légèrement relevée de sorte que mon pied droit touchait l'écorce, mes bras croisés contre ma poitrine, les yeux plongés dans l'ondine, attendant de quelconques réponses même si je n'espérais rien à vrai dire. J'avais l'esprit complètement embrumé, une crainte imperceptible se faisait jour en moi, j'avais peur de le voir partir, de le voir me laisser plantée là, plus seule que jamais, peur qu'il ne se retourne plus, peur qu'il me laisse là avec ma peine, mes émotions et surtout mes questions stupides.

"Pour qui me prenais-je? De quel droit lui posais-je toutes ses questions?" pensais-je rageusement. Il m'a avoué son trouble, il m'a prouvé que j'étais la seule qui comptais à ses yeux durant la cérémonie des allégeances. "Que me fallait-il de plus? Qu'importait qui était cette jeune fille? L'important n'était-il pas qu'il m'avait choisi moi, le fait qu'il se soit fait jeter le contenu d'une chope au visage devait pourtant me le certifier, alors quoi que voulais-je de plus?"

La réponse ne se fit pas attendre. "Jeune fille, la seule chose que tu souhaites c'est de te faire conter fleurette, et que ton cher Spagnolo te dise en des termes explicites que tu comptes plus que tout au monde pour lui." C'était si évident que je poussais une exclamation. "
Ô!"

Mon regard changea de cible pour chercher les iris de celui qui me faisait découvrir de tels émois. Je me remémorai alors qu'un jour, ma douce maman, approuvée par cette chère Élie, notre gouvernante, m'avait mentionné que le plus important dans la vie c'était de vivre l'instant présent pour mieux préparer demain, qu'il fallait laisser le passé où il était à moins qu'il ne nous serve à nous améliorer et à éviter de refaire les mêmes erreurs. J'allais simplement dire à Spa d'oublier toutes mes questions quand il reprit la parole, je ravalais donc mes paroles, pour boire les siennes.

"
Pourquoi tant de questionnement? ne t'ai-je pas dis que tu m'avais troublé? ne t'ai-je pas dis que cette demoiselle n’était plus rien pour moi et que tu faisais maintenant partie de mon quotidien ? Pourquoi se tracasser tant de pensées alors que la réalité est là, cette demoiselle estait mon passé et toi tu es mon présent et peut-être..." Je le sentis hésité, je le sentis avoir du trouble, qu'avais-je fait? Je me mis à prier intérieurement souhaitant que Spa finisse sa phrase "Cher Aristote, aide-nous, ne nous laisse pas gâcher ce que tu viens de nous offrir..."  et c'est alors que je l'entendis : " Peut-être mon futur."

Crainte, désespoir, amour, espoir, tout s'entremêlait, faisant en sorte que je ne savais plus où j'en étais moi-même. Devais-je m'élancer dans ses bras? Devais-je faire preuve de retenue? Les jeunes filles bien élevées devaient faire preuve de retenue. Ô diable, les conventions! Depuis quand je respectais l'étiquette, moi? Oui, j'accomplissais mon devoir dû à mon rang, je suivais tout à la lettre religieusement, mais pour le reste, cela me regardait. Tout comme les jeunes filles bien élevées montent un cheval en amazone, j'agissais diamétralement à l'opposé, non pas pour me démarquer, quoi que... mais plus pour montrer que je n'étais pas une jeune brebis qui suit ce que tout le monde fait et obéis au doigt et à l’œil. N'oubliez pas j'étais imprévisible comme le temps!


Alors aussi surprenant que cela puisse paraître, je m'élançais dans ses bras, du moins j'espérais y atterrir. Je cachais mon visage contre sa poitrine en lui murmurant au creux de l'oreille :

"
Pardonne-moi mon cher Spa, si cher à mon cœur présentement, pardonne-moi mille fois mon audace! Un brin de jalousie arrosée de curiosité m'a fait prononcer ces stupides questions. Comme un jour, une personne chère qui m'a quitté m'avait mentionné, il faut vivre l'instant présent pour préparer demain et laisser le passé où il est à moins qu'il ne nous serve à nous améliorer ou éviter de refaire les mêmes erreurs. J'étais juste furax que ton premier baiser, s'il en est un, n'ait pas été le nôtre!"

Je me tus, troublée par ce que mes dernières paroles impliquaient. Je sentis le rouge envahir mes joues, je pense que même les roses rouges devaient être moins rouges que moi en cet instant.
[/rp]

[hrp] *en bleu plus pâle les pensées de Flora
en indigo les paroles de Spa
en bleu foncé les paroles de Flora
[/hrp]




[rp]Alors que son regard perdu dans trahissait une volonté certaines de vouloir échapper a se questionnement qu il savait être néfaste pour leurs relation avenir d ailleurs son cerveau pas totalement blond était en constante réflexion

-Non mais pourquoi elle me pose ces questions
-tu lui a demander ce qu elle voulait savoir
-ah oui c est vrai mais tu sais que ça risque..
-oui je sais mais mais si elle insiste va falloir lui dire
-mais c est du passé le mêlé au présent ne pourrait être que...


Lui qui s était levé faire des aller retour devant la blonde  qu il chérissait a présent ce qui d ailleurs causait sa plus grande crainte , crainte de la perdre suites aux révélations qu il pourrait lui donner , crainte qui expliquait d ailleurs une telle agitation face a la blonde posée dos au mur .

Il risqua timidement l oeil a le revoir toutes charmante magnifique dans sa tenue de cavalière mais surprise lorsqu'il la vit arriver dans un élan vers lui , ilbm réagit en retard refermant quelques temps après  ses bras atour  de sa belle l enlaçant . Il restant néanmoins sceptique dans l incompréhension totale et sur le coup il se dit "décidément j ai encore du mal a comprendre les dames " il lui aurait fallu sûrement un maistre pour cela mais voilà que dans une voix joyeuse elle lui donna une explication


"Pardonne-moi mon cher Spa, si cher à mon cœur présentement, pardonne-moi mille fois mon audace! Un brin de jalousie arrosée de curiosité m'a fait prononcer ces stupides questions. Comme un jour, une personne chère qui m'a quitté m'avait mentionné, il faut vivre l'instant présent pour préparer demain et laisser le passé où il est à moins qu'il ne nous serve à nous améliorer ou éviter de refaire les mêmes erreurs. J'étais juste furax que ton premier baiser, s'il en est un, n'ait pas été le nôtre!"


Il se détacha un instant d elle plongeant son regard dans le sien il se pris le risque de répondre par


Ma flora je ne connais point cette personne qui t es tant chère mais sache que aujourd'hui elle m est tout aussi chère car elle vient de sauver ce
ce quoi? Sentiment ,lien ,union , couple qu allait il lui dire? Il choisi la première option. Ce sentiment qui vient de nous unir tous les deux  levant de l index son minois il rapprocha ses lèvres de sienne continuant d un ton bas presqu un murmure ne soit pas jalouse des autres bien qu elle m est ravi notre premier baiser elle ne m a pas ravi mon coeur dans lequel tu es a présent première

A ce moment les avoeux ayant ete a nouveau fait il aurait cru se sentir a nouveau comme dans la salle d allegeance , une bulle invisble l avait encore renfermer dans un monde ou rien autour ne l interessait hormis celle qui se tenait a present dans ses bras , ses emauraudes fixerent longuement dans ses azurs avant qur le blond ne tente a ses risques et périls un baiser langoureux espérant ne pas être rejeter après tout elle était imprévisible et il ne saurait comment l avoir
[/rp]

[hrp]en vert les pensées du blond
Le bleu foncé est réserver aux dires de la blonde
[/hrp]



[rp]Moment de doute, sentiment traître qui s'insinue dans nos veines avant que le fol espoir reprenne de plus belle. Je fus fébrile un instant, le blondinet avait mis un peu trop de temps à mon goût pour refermer ses bras sur moi. M'étais-je fourvoyée? Sa voix mélodieuse se fit alors entendre, à mon plus grand soulagement.

"
Ma flora, je ne connais point cette personne qui t'es tant chère mais sache que aujourd'hui elle m est tout aussi chère car elle vient de sauver ce[...]" et voilà il laissa la fin de sa phrase en suspens, à mon grand damne. J'étais troublée par la proximité de nos deux corps, je n'arrivais plus à mettre une idée devant l'autre. Que voulait dire Spa? Ma question muette trouva incessamment réponse, puisqu'il continua : "Ce sentiment qui vient de nous unir tous les deux."

Je sentis son index lever mon menton et je vis ses lèvres proches des miennes, bien trop proches, je me mis à paniquer intérieurement à la fois de crainte que ce baiser ne soit pas à la hauteur de ce qu'il escomptait, car il semblait bien n'y avoir qu'un fil pour que le jeune homme finisse par m'embrasser, et de désir car le blondinet éveillait en moi des sensations toutes nouvelles et j'avais envie de les découvrir en sa compagnie. Le voilà qui me murmurait comme dans un souffle : "
ne soit pas jalouse des autres bien qu elle m est ravi notre premier baiser elle ne m a pas ravi mon cœur dans lequel tu es a présent première".

Voilà tout était dit, j'avais une place de choix dans son cœur, nous replongions alors dans l'ambiance des allégeances où nous avions le sentiment d'être seuls au monde. Je n'eus point besoin de mots pour lui faire savoir ce que je ressentais pour lui. Mes yeux azurs trouvèrent leurs émeraudes et s'y perdirent longuement. Les lèvres du blond foncèrent sur les miennes pour les happer avidement, langoureusement. Son baiser était trop pressant, cela allait trop vite. J'hésitais entre le repousser légèrement et reprendre un peu contenance ou bien m'abandonner à ce baiser. Je choisis contre toute attente la première solution. Mes mains trouvèrent son torse et s’aplatirent doucement contre celui-ci pour le repousser et mettre une distance raisonnable entre nos bouches qui venaient se découvrir et qui étaient avides l'une de l'autre. J'eus le souffle court, je cherchais quelque peu mon air. Je cherchai son regard pour savoir comment il prendrait cette séparation.

"
Excuse-moi... ça va trop vite! Agréable mais trop rapide! Mon cher Spa, tu vas devoir apprendre à me courtiser, attiser cet amour naissant qui nous lie, autrement qu'en me sautant dessus de la sorte. Si ma tante l'apprend, nous sommes faits aussi bien toi que moi!"

Un rire léger s'échappa de ma gorge déployée qui était ainsi offerte à son unique vue. Une de mes mains glissa de son torse à l'une de ses mains qui était retombée le long de son corps. Mes doigts se nouèrent aux siens, je fis le mouvement innocent d'embrasser la jointure de nos doigts ainsi noués. Un frisson de part et d'autre se fit sentir. Je m'écartai encore, confuse et rougissante. Je lui tournai alors le dos, cachant les tremblements qui se manifestaient par spasme dans tout mon corps. J'avançai quelques pas vers l'arbre pour m'y adosser une nouvelle fois, même si ce dernier me servait plus de béquille car j'avais l'impression que j'allais choir, tant toutes ses nouvelles sensations me tournaient la tête. Dans un murmure que seul le plus savant saurait comprendre, je lui lançai :

"
Spa, mon très cher Spa, mon cœur a su renaître grâce à toi, sauras-tu par les sentiments dont tu me nourris me faire oublier tous mes tourments, l'avenir nous le dira..."

Je le sentis se rapprocher doucement, sans doute pour ne pas m'effrayer. Mon cœur cognait très très fort, à tel point qu'il devait s'entendre à 10 000 lieues alentours.
[/rp]




[rp]Un desir irraisonné de l'avoir l'avoir poussé a faire ce geste, mais voila qu'il resta sur sa faim lorsque ses espoirs furent brisés et qu'elle le repoussa pour son plus grand malheur, ô ciel qu'avait'il fait de mal a cet iinstant son regard perdu dans le sien transmettait toutes son incompréhension lorsqu'elle lui donna son explication ce qui atténuait ce sentiment mystere qui grandissait en lui

" "Excuse-moi... ça va trop vite! Agréable mais trop rapide! Mon cher Spa, tu vas devoir apprendre à me courtiser, attiser cet amour naissant qui nous lie, autrement qu'en me sautant dessus de la sorte. Si ma tante l'apprend, nous sommes faits aussi bien toi que moi!" "

Oh non elle n'avait pas tort , pourquoi etait-il aller aussi vite? cela faisait quelques heures a peine qu'il l'avait retrouver dans cette salle des allegeances qui avait noué leurs alliances, que deja il sautait sur elle , fougue juvénile? Qui sait c'etait peut-etre était-ce la raison qui le poussait a agir justement de facon deraisonné? La raison qui le poussait a n'avoir cure de personne d'autre en ce moment meme la tante..tante qui ne devait pas etre une facile si elle la citait en cette instant pourtant il n'en avait cure

Voila donc qu'elle laissa echapper un rire auquel il repondit par un sourire car cela le reconfortait qu'apres son geste...ce geste si vite executé sans y poser le moindre questionnement s' ils etaient pret ou si c'etait trop tôt, elle puisse avoir encore ce meme regard en son encontre, il ne pu expliquer le sentiment qui le traversant a l'instant meme ou elle deposa  un baiser sur les doigts noués par une volonté inconnue volonté qui guidait leurs faits et gestes .

Mais tandis que ses emeraudes plus percants que jamais ne laissait point de replis a la blonde comme pour l'imortalisé en ce moment precis ou le temps sembalit s'etre coupé elle mis une enieme fois de la distance entre eux lui tournant le dos et une enieme fois elle le priva du desir qui l'envahissait Mais que y'avait-il d'autre ? Il la regardait lui filer des doigts allant se poser tant bien que mal a cette arbre d'ou elle avait recu ces revelations ces mots qu'elle attendait et ces mots qu'il lui avait dit, ces mots qui avait permis de ne point gacher leur relation a peine former.

Le pas lent il s'avancait vers elle tandis qu'elle lui souffla des mots qu'ils ne su par quelle muse il fut inspirer pour reussir a la la comprendre


"Spa, mon très cher Spa, mon cœur a su renaître grâce à toi, sauras-tu par les sentiments dont tu me nourris me faire oublier tous mes tourments, l'avenir nous le dira..."

Se posant a ses pieds accroupit cherchant ses doigts qui lui avaient echappés il y'a quelques instant et repondant d'un ton chaleureux  


Je ne puis predire l'avenir mais j'en ai hardement confiance et je fais confiance a ce sentiment qui nous relis a ce moment, je prendrai tout le temps pour te courtiser comme il se doit , pour consolider cet amour naissant, je frenerai mes hardeurs bien que cela me depasse deja lorsque je pose mon regard sur toi
[/rp]



[rp]Mon cœur continuait de battre la chamade. J'étais appuyée contre l'arbre, dos à Spa, comme si cet arbre était pour l'heure ma délivrance, tant toutes ses émotions et sensations que je me faisais ressentir le jeune homme me tourmentaient. Plongée dans mes pensées pour tenter de remettre un peu d'ordre dedans, je sentis ses doigts trouver les miens. Un léger frisson me parcourut le bras et la nuque à son contact. Décidément, je ne pouvais rester insensible à sa proximité. L'élan de la fougue adolescente me saisit de plein fouet. J'entendis à peine ses paroles qui m'allèrent tout de même droit au coeur :

"
Je ne puis prédire l'avenir mais j'en ai ardemment confiance et je fais confiance a ce sentiment qui nous relis a ce moment, je prendrai tout le temps pour te courtiser comme il se doit , pour consolider cet amour naissant, je freinerai mes hardeurs bien que cela me dépasse déjà lorsque je pose mon regard sur toi"

Mes azurs cherchèrent ses émeraudes et un sourire espiègle se dessina sur mes lèvres rosées, l'invitant d'un simple regard à  me démontrer ce que ses dernières paroles sous-entendaient. Je jouais sans doute un jeu dangereux mais la fougue et le désir juvéniles qui nous habitaient à cet instant nous enveloppaient dans une sorte d'aura où tout ce qui n'étaient pas Nous importait peu. Il va de soi que nous mettrions des limites convenables à nos jeux, pour laisser le temps faire grandir notre amour naissant. L'avenir semblait enfin me sourire, il était peut-être temps de dire au-revoir à toutes les épreuves que j'avais pu vivre ces dix dernières années. L'année de mes 16 ans semblait prometteuse.

"
Je souhaiterai te présenter à ma tante Oriane de Quingey, elle est mairesse de Poligny pour quelques jours encore, elle sera bientôt libre de reprendre la route, peut-être pourrait-elle m'accompagner en un lieu que tu affectionnes le plus. J'ai totalement confiance en toi et en ce qui nous réunit aujourd'hui, cela me semble solide et merveilleux à la fois. Tu n'as pas seulement le pouvoir de me séduire Spagnolo, tu as également le pouvoir de la délicatesse et du baume qui reconstruit petit à petit un cœur brisé. Tu viens de balayer  l'enfer que j'ai vécu ces dernières années. Je crois... oui... je crois que tu es en train de me réapprendre à aimer vraiment...Je..."

Je ne finis point ma phrase...laissant le destin ou plutôt Spagnolo dicter la suite.
[/rp]




[rp]Leurs regards ne se cherchaient plus cette tache étaient tellement aisé qu elle EB semblait naturelle d ailleurs il n avait plus l impression de devoir la chercher son regard était figé sur elle et ne la quittait pas un instant ce fut alors un sourire attendrissant aux lèvres qu elle prononca ces paroles

Je souhaiterai te présenter à ma tante Oriane de Quingey, elle est mairesse de Poligny pour quelques jours encore, elle sera bientôt libre de reprendre la route, peut-être pourrait-elle m'accompagner en un lieu que tu affectionnes le plus. J'ai totalement confiance en toi et en ce qui nous réunit aujourd'hui, cela me semble solide et merveilleux à la fois. Tu n'as pas seulement le pouvoir de me séduire Spagnolo, tu as également le pouvoir de la délicatesse et du baume qui reconstruit petit à petit un cœur brisé. Tu viens de balayer l'enfer que j'ai vécu ces dernières années. Je crois... oui... je crois que tu es en train de me réapprendre à aimer vraiment...Je..."

Oriane o oriane sera tu le courroux qui detruiras ce lien qui vient de se produire ou sera tu la bienveillante main qui le rendra encore plus solide, solide comme ce que la blonde avait affirmer dans la suite de sa phrase , phrase qu il écouta avec un haut intérêt mais pas pour le fond même mais plus parce qu il en était totalement charmé car disons le elle aurait en ce moment tout aussi bien lui raconter que sais-je? La grille des prix du marché qu il en serait tout aussi intéresser .
Mais il fallait que le blond se hâte a lui donner une réponse et il craignait que la faire trop attendre lui fasse douter de ses intentions même si ...elle pretendait avoir totalement confiance en lui, mais après tout la confiance varie comme une feuille qui ondule dans l air guider par le vent , elle peut être trahi tout aussi facilement qu elle peut être retirer .

Il ne pensait avoir a témoigner de ses sentiments a personne extérieur a ce monde annexe , demension temporelle parallèle qui les séparait tout deux du reste .
D une voix clairs navigant sur le même timbre de la voix que sa compagne



Si un de tes désirs est que je rencontre ta tante j en serai ravi pour le lieu peu importe ou ça sera , en ta présence il me sera cher néanmoins il avait une petite crainte car oui ayant ouï très fine il paraissait que cette tante était une dame de caractère et deux caractère qui s affronte font souvent des étincelles avant de se calmer dans l humidité de l eau  Crois tu qu elle m acceptera? Si il est vrai que par ce sentiment qui nous unis les morceaux brisé de ton coeur recouvrent leurs formes originaire je ne souhaiterai point que par cette rencontre je cause l effet inverse[/rp]



[rp]"Si un de tes désirs est que je rencontre ta tante j en serai ravi pour le lieu peu importe ou ça sera , en ta présence il me sera cher ~ Crois tu qu elle m acceptera? Si il est vrai que par ce sentiment qui nous unis les morceaux brisé de ton coeur recouvrent leurs formes originaire je ne souhaiterai point que par cette rencontre je cause l effet inverse"

Avais-je bien entendu? Spa craignait de déplaire à ma tante? et par là même me briser le coeur? Comment étais-ce possible? Ma tante avait du caractère certes mais c'était génétique. La preuve était que moi aussi je ne m'en laissais pas compter. Fallait-il revenir sur la cassure qui s'était faite avec mon tuteur? J'hésitais entre m'esclaffer devant la crainte du jeune homme ou le rassurer. À vrai dire, je me retenais à peine de rire. Cela devait se voir.

"
Spa... aurais-tu peur de ma tante? L'as-tu seulement rencontrée? J'espère que ce n'est pas en politique car elle a une main de fer dans un gant de velours quand il s'agit de politique et connaissant son expérience dans divers domaines mais plus particulièrement dans celui de l'armée et la sûreté, je peux te garantir qu'il est bien difficile de lui en passer des belles. Sinon, en dehors de la politique, c'est une personne tout à faire serviable et attentionnée auprès de ceux qu'elle apprécie, mais attention, si on la trahit une fois, ne serait-ce qu'une malheureuse fois, c'est une redoutable ennemie pour la vie, lui racontai-je, d'un ton amusé, en rajoutant volontairement. Tu n'as pas idée ce dont elle est capable si jamais tu la trahis. Tante Oriane serait capable d'arracher tes trippes et de t'étouffer avec, après t'avoir pendu par les pieds. C'est peut-être une mauvaise idée après tout que tu la rencontres, elle va te manger tout cru."

Après avoir dit ces mots qui bien entendu n'était que de la tartinade pour confirmer les craintes du jeune homme, je pouffai de rire. J'étais si heureuse en cet instant que je lui interdisais d'avoir des doutes. Non mais oh! Pas question qu'il sème le doute dans mon coeur quand ce dernier lui appartenait presque complètement à présent.

"
Sérieusement, Spa, crois-tu que je te présenterai à ma tante si je craignais un instant que cela se passe mal entre vous? Je serai peinée certes si vous ne vous appréciez pas, mais je gage que ma tante t'appréciera. J'en suis persuadée. Nous devons nous rendre à Pontarlier à la fin de sa mandature de maire, peut-être serait-ce un bon lieu pour vous rencontrer, qu'en penses-tu?"

En gage de ma sincérité, je baisai ses doigts qui s'étaient noués aux miens, avant de relever mon visage à hauteur du sien.
[/rp]



[rp]La vie est faites d'illogisme , il y'en a dans la litterature.. a quoi servait d'etudier des textes anciens lorsque d'autres nouveaux plus complets faisaient tous les jours leurs entrees? c'est completement illogique meme, il y'en a en politique basé sa these sur un sujet completement abstrait a nos yeux c'est completement illogique , il y'en a dans la religion suivre une mauvaise foi lorsqu'on sait qu'elle est la vrai eglise mais meme la c'est chacun qui avait une opinion differente . En y pensant bien meme la logique etait illogique a quoi sert d'avoir dix milles oppinions differentes lorsqu'elle finisse par ne rien faire avancer? Ici l'illogisme se tenait dans la crainte de Spa face a L'Oriane comme semblait lui faire comprendre Flora du moins dans ses premiers dire...


Spa... aurais-tu peur de ma tante? L'as-tu seulement rencontrée? J'espère que ce n'est pas en politique car elle a une main de fer dans un gant de velours quand il s'agit de politique et connaissant son expérience dans divers domaines mais plus particulièrement dans celui de l'armée et la sûreté, je peux te garantir qu'il est bien difficile de lui en passer des belles. Sinon, en dehors de la politique, c'est une personne tout à faire serviable et attentionnée auprès de ceux qu'elle apprécie

Et bien cela lui allait plutot bien..il etait apprecié de tout le monde du moins a sa connaissance et tant bien ne fusse pas le cas son monde se resumait a sa bien aimé alors la encore il avait raison ( n'est-ce pas completement illogique? )
Quoique le "mais attention, si on la trahit une fois, ne serait-ce qu'une malheureuse fois, c'est une redoutable ennemie pour la vie"
Ne le rassurait pas vraiment surtout ce qui suivait mais au vu des hyperboles il s'en rassura vite affirmant d'un ton joueur passant sa main droite sur le ventre


Et bien si ce n'est que ca je m'en sort plutot bien


Par la suite elle prit le temps de rassurer l'ame perturbé de Spa, bon il etait vrai qu'il etait un soldat affrontait toute difficulté mais que vous le croyez ou non il craignait neanmoins la rage des dames ( n'est-ce pas illogique?) mais bon on ne pouvait jamais rien prevoir quand elle se trouvait dans cette etat mais voila donc qu'a la fin de sa phrase le blon affirma d'un ton exclamatif



Et Bien quand puisse la voir?


Disons que ce n'etait point par envie pressante qu'il l'affirmait mais plutot par un desir de depasser cette obstacle , esperant etre l'unique qu'il aurait a outrepasser son sourire s'affirmant de plus en plus sur son visage et sa main rejoignant presque mecaniquement le visage de la belle , y posant une caresse attendant sa reponse
[/rp]



[rp]Son ton joueur me rassurait. Spa n'avait gobé mot de ce que j'avais saucé avec tant de métaphores. Pauvre tante Oriane, si elle savait comment je l'avais dépeinte, elle me ferait sans doute de gros yeux avant de partir à rire. En l'imaginant, je ne pus réprimer un sourire qui s'accentua quand il voulut connaître le moment opportun de la rencontrer tout en effleurant du bout de ses doigts mon visage, qui ne me donnait qu'une envie, me blottir une fois de plus dans ses bras, lieu qui désormais me semblait le plus beau au monde. Je fis fi de mes résistances imaginaires et je vins tout naturellement me réfugier dans la chaleur de ses bras. Dans un souffle bienheureux, je lui dis :

"
Mon bien aimé, si tu savais combien tu me combles de bonheur à cet instant même. Ta volonté de rencontrer ma tante sur le champ prouve à quel point tu tiens à moi et j'en suis tout simplement ravie, et encore c'est un euphémisme, car le mot n'est point assez fort pour exprimer mon contentement. Je te laisse le choix du lieu de la rencontre, mais vu que nous sommes à Luxeuil présentement, nous pourrions soit revenir sur nos pas et aller à la Capitale où je possède un appartement ou bien continuer et nous arrêter à Pontarlier. Dans tous les cas, je n'aurai qu'à adresser un message à ma tante par voie de pigeonmania express et la rencontre pourra se faire. Qu'en penses-tu?"

Je me tus, plus besoin de parler, tout était dit. Les battements de son cœur battaient à l'unisson avec le mien et je me laissais bercer ainsi de longues minutes, contemplant les diamants qui s'évaporaient du Doubs. Je ne me souvenais plus du moment où j'avais ressenti un tel bonheur, un tel amour qui grandissait en moi. Ma raison de vivre venait de prendre le doux prénom de Spagnolo, et j'espérais que son monde demeure le mien jusqu'à mon dernier souffle. Je prenais ce cadeau du ciel inespéré comme tel. Il était temps que le vent tourne. Oui... j'étais vraiment en train de tombée en amour et surtout...de découvrir l'amour avec un grand A, du moins je le supposais.
[/rp]




hrp : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=2173077
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[rp] Sur les bords du Doubs, un gage de confiance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» [ Le gage d'une perfect - partie I ] - [PV]
» Dégage de là toi!!!
» [ Le gage d'une perfect - partie II - b ] - [ Pv Eric ]
» ...gage de coeur pour monsieur Quint...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Quingey :: Les alentours du chateau :: La cabane les pieds dans l'eau-
Sauter vers: